Vous en avez certainement entendu parler, l’Europe a décidé de revoir la méthode d’homologation des consommations et émissions de CO².
Sur papier, une bonne nouvelle pour le consommateur qui bénéficiera de chiffres plus concrets, ou en tout cas plus en adéquation avec la consommation réelle de son véhicule en usage courant.
Mais attention, cette nouvelle norme pourrait en parallèle faire (très) mal à son portefeuille. Explications.


Depuis septembre 2017, la norme WLTP (pour Worldwide Harmonized Light Vehicle Test Procedure) remplace progressivement l’ancienne norme dite NEDC pour déterminer les chiffres de consommation (par exemple votre nouvelle voiture qui chiffre à 105 g/km).

Essence, Diesel, De Gaz, De Carburant, HuileCette nouvelle norme WLTP a l’avantage d’être plus proche de la consommation réelle qu’aura un véhicule donné puisqu’elle tient compte d’une utilisation en conditions « réelles », mais aussi des équipements en option (jantes plus grandes, équipements plus lourds, …).

Par contre, là où le bât blesse, c’est que ces consommations moyennes qui augmentent en moyenne de 15 à 20% par rapport à l’ancienne méthode de calcul, ne s’accompagnent – pour l’instant – pas d’une fiscalité adaptée à la baisse.En clair l’échelle de malus écologique ne bouge pas, tout comme le calcul de l’ATN (avantage de toute nature) quand les consommations augmentent ‘virtuellement’ à cause de la façon de calculer qui change.

Pour éviter la grogne des constructeurs et des consommateurs, l’Europe a opté pour une introduction progressive de la nouvelle norme selon le calendrier suivant :

- La norme WLTP est d’application depuis le 01/09/2017, mais uniquement pour les nouveaux modèles. Les modèles existants conservent donc leur calcul en NEDC, sauf si le constructeur apporte des modifications techniques au moteur qui engendreront une application de la nouvelle norme

- La norme WLTP sera appliquée pour tous les modèles à partir du 1er septembre 2018 (c’est bientôt !). Exception possible pour les modèles en fin de série qui pourront déroger pendant encore un an.

-
A partir du 01/09/2019, plus de dérogation possible et tout le monde sera soumis à la norme WLTP.

Gare à la fiscalité

Avec des émissions de CO² qui augmentent de 20%, les conséquences fiscales sont évidemment importantes. Du coup l’Europe a développé une méthode de calcul transitoire dénommée « C02MPAS », d’application entre septembre 2017 et janvier 2019.
Cette méthode ramène la valeur WLTP plus élevée à une valeur NEDC « dérivée » (vous suivez toujours ?).

Les nouveaux modèles (ou ceux ayant subi une modification technique) ont donc deux valeurs attribuées par le constructeur pour le CO² : la valeur WLTP, pas appliquée concrètement avant janvier prochain, et la valeur « dérivée » ou NEDC 2.0 qui servira jusqu’à fin 2018 de base au calcul fiscal et permettra au consommateur de comparer des choses comparables.

Une consommation qui augmente pour une même voiture

Contrairement à ce que l’Europe laissait entendre en instaurant la méthode « C02MPAS », la valeur NEDC 2.0 avance des chiffres bien supérieurs à l’ancienne NEDC. Du coup, une même voiture dont le moteur a été actualisé est pénalisée par rapport à son ancienne mouture.

C’est le cas par exemple de la BMW X1 116d nouvelle version, qui affiche dorénavant des émissions de 118 g/km en NEDC 2.0 quand elle en produisait 104 g/km avec l’ancienne méthode de calcul.

Payer plus ou descendre en gamme

Les conséquences de ces nouvelles normes sont fâcheuses pour le consommateur, et notamment celui qui bénéficie d’un véhicule de société.
Si l’on prend l’exemple de la X1, la déductibilité fiscale passe de 90 à 75% ! La contribution CO² est aussi augmentée, ainsi que les dépenses non admises, la taxe de circulation et de mise en circulation. Quant à l’employé, il voit du coup son ATN augmenter.

Avec la nouvelle norme WLTP, certaines voitures se retrouvent hors budget, ce qui va imposer un dilemme aux employeurs : ils devront mettre la main au portefeuille pour continuer à proposer des véhicules similaires ou devront choisir de plus petites voitures, moins énergivores et/ou moins bien équipées.

En attendant une potentielle révision de la fiscalité (surtout en Wallonie et à Bruxelles pour ce qui concerne les taxe de mise en circulation et de roulage), plus en adéquation avec cette nouvelle norme WLTP, le seul point positif est que les voitures hybrides ou électriques pourraient voir leur commande boostées, et ce, plus rapidement que prévu.

En conclusion, soyez vigilant si vous devez changer de véhicule prochainement. Le bon choix ne se borne plus au modèle et aux options, mais doit intégrer de nouveaux paramètres dans votre processus décisionnel.

Eco concept with hands holding cut out paper showing eco energy Free Photo