News

Bon nombre de personnes ont été bloquées il y a deux mois par l'éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull.
Ce cas étant considéré comme cas de force majeure, l'intervention des assisteurs ne pouvait être demandée.
Europ Assistance a réagi, et propose à présent en option dans ses contrats une couverture permettant de réduire les frais qu'impliquent ce genre de désagréments. Explications.


L’éruption du volcan Eyjafjallajökull et les inondations dans le Var sont encore inscrites dans notre mémoire. De telles catastrophes naturelles sont imprévisibles, mais comme annoncé précédemment, Europ Assistance offre dorénavant à ses clients la possibilité de s’assurer contre les risques de tels événements. Il s’agit donc d’une excellente opportunité pour vous de proposer cette nouvelle formule à vos clients.

L’option « Couverture catastrophe naturelle » d’Europ Assistance prévoit :

La prolongation des frais de séjour si vos clients ne savent pas revenir de vacances à la date initialement prévue.

Les frais de logement, petit-déjeuner, transport de/vers l’aéroport ou la gare jusqu’à 150 €/jour pour le premier bénéficiaire assuré et 50 €/jour pour les autres bénéficiaires assurés, avec un maximum de 5 jours par événement couvert.Les tarifs suivants sont d’application :

Formule annuelle :

8 €/contrat d’assistance ‘individuel’

10 € /contrat d’assistance ‘couple’

12 € /contrat d’assistance ‘famille’

Contrat temporaire :

4€ par personne/voyage


La législation européenne a facilité l'acquisition d'un véhicule dans un autre État membre

BRUXELLES En comparant les prix pratiqués par les concessionnaires d'un État membre à l'autre, on constate qu'il existe parfois de grandes différences de prix. Si vous décidez d'acheter dans un autre pays, il vous faut cependant accomplir un peu plus de démarches que la simple signature d'un bon de commande chez un concessionnaire belge.

Concrètement , si vous désirez acheter une voiture neuve dans un autre État membre de l'Union européenne, la comparaison commence par le prix net (hors TVA). Pour pouvoir l'importer en toute légalité en Belgique, le vendeur est tenu de vous remettre une série de documents : la facture d'achat, le certificat d'immatriculation et le certificat de conformité européen. Il est également conseillé de conserver d'autres documents, tels qu'une preuve de paiement et un bon de commande éventuel.

Pour rapatrier votre véhicule en Belgique, plusieurs options s'offrent à vous. Soit vous confiez le transport à un professionnel, soit vous effectuez le transport vous-même. Si vous optez pour cette deuxième solution, vous avez besoin de plaques de transit. Vous devez alors également prendre une assurance temporaire pour le voyage. Il arrive aussi que des particuliers importent une voiture en se servant des plaques de leur ancien véhicule. Cette façon de procéder est en fait illégale, mais reste parfois tolérée lorsque l'assureur propose une police mentionnant le numéro de châssis de la nouvelle voiture.

Une fois la voiture ramenée en Belgique, il ne vous reste donc plus qu'à passer au bureau de douane pour vous acquitter des 21 % de TVA dus en Belgique. La suite des formalités (immatriculation, assurances, taxes,) est en tous points identique aux obligations à accomplir lors de l'achat d'un véhicule sur le sol belge. Enfin, la garantie légale est réglée par une directive européenne qui prévoit notamment une période de garantie de 2 ans pour les produits neufs achetés auprès d'un professionnel. Les concessionnaires agréés sont donc tenus d'exécuter les obligations liées à la garantie du constructeur.


Le Conseil européen pour la sécurité routière (ETSC) mentionne dans son rapport sur l’évolution des accidents notre pays comme un modèle dans la lutte contre l’alcool au volant et loue la campagne Bob qui a fait baisser en dix ans le nombre d’accidents provoqués par l’excès de boisson.

Werner De Dobbeleer (IBSR) tempère néanmoins dans De Standaard : « En cas d’accident mortel, il n’y a toujours pas de prise de sang auprès du conducteur dans la moitié des cas ».