Vos questions

  • view faq  Pourquoi choisir Twiga Conseils?

  • view faq  Qu'entendez-vous concrétement avec vos valeurs Bien Être, Expertise, Futur ?

  • view faq  Qu'est ce que le réseau AQUILAE ?

  • view faq  Auto: Je viens d’acheter une voiture, que dois-je faire ?

    Si possible, il est toujours plus sûr de nous appeler avant la décision d’achat d’un véhicule.

    De cette façon, nous pouvons prendre le temps de calculer le prix le plus juste pour l’assurer, et vous faire part du montant des taxes annuelles, afin que vous puissiez connaître le budget réel à consacrer à ce véhicule en plus de l’achat à proprement parlé.


    Une fois le véhicule acheté, il convient de nous transmettre le document de « demande d’immatriculation » (remis par le garagiste ou le propriétaire précédent) afin que nous procédions à l’immatriculation internet par DIV Online, ou plus classiquement dans certains cas, que nous envoyons le formulaire papier au siège de la DIV (ATTENTION, depuis le 16/11/2010, il n'est plus possible de retirer directement les plaques au siège ou aux antennes DIV, la livraison se fait uniquement via BPost moyennement paiement de 20€ - Plus d'infos sur ce lien ).

    Lorsque nous sommes en possession de toutes les informations nécessaires, une carte verte dite provisoire peut vous être délivrée. Celle-ci confirme que vous avez bien souscrit à une assurance responsabilité civile automoteur, obligatoire pour circuler sur la voie publique.

    Si vous avez d’autres questions, nous restons bien entendu à votre disposition.

  • view faq  Auto: Je veux vendre ma voiture, que dois-je faire ?
    Depuis peu, un formulaire « Car Pass » doit être remis lors de la vente d’un véhicule d’occasion (sauf si vente à un professionnel du secteur, ou vente sans contrôle pour « pièces ». Le véhicule devra donc subir un contrôle technique approfondi, pour lequel la prise de rendez vous est nécessaire.
    Une fois ce contrôle passé, deux documents vous seront remis : un formulaire de demande d’immatriculation qui sera à remettre à l’acheteur et qui reprend les données complètes du véhicule ; et le fameux « Car Pass », qui reprend une liste de points vérifiés ainsi que le kilométrage à différentes dates de contrôle (également à remettre à l’acheteur).

    En plus de ces deux documents, le certificat de conformité du véhicule (émanant du constructeur) complètera la liste des documents à remettre.
    Enfin, il conviendra d’établir une facture en bonne et due forme, reprenant les coordonnées précises des deux parties, ainsi que celle du véhicule objet de la vente. Un exemplaire type de ce document peut vous être remis sur simple demande.
  • view faq  Auto: Un éclat dans le parebrise, que faire?


    Au vu de l'état de notre réseau routier, les éclats dans le parebrise surviennent de plus en plus fréquemment.

    Heureusement, ce type de soucis est intégralement couvert par la garantie "bris de glace", une des composantes de la formule "petite-Omnium".

    Si vous disposez de cette couverture sur votre véhicule, la procédure pour la réparation est on ne peut plus simple:

    • Réparation sous certaines conditions chez un spécialiste type Carglass ;
    • Si la réparation n'est pas envisageable, remplacement du pare-brise chez votre garagiste ou chez un spécialiste.

    Aucune déclaration n'est requise, il convient simplement de nous transmettre la facture de réparation.

    Si c'est Carglass qui effectue le travail, la facture sera directement transmise à votre compagnie d'assurance, et réglée par celle-ci.

  • view faq  Auto: Puis-je transférer ma plaque et mon véhicule, et à qui?


    Un véhicule immatriculé peut, avec l'accord du titulaire de cette immatriculation et avec maintien de sa marque d'immatriculation, être immatriculé au nom du conjoint, du cohabitant légal ou de l'un de ses enfants.

    Le véhicule immatriculé au nom du titulaire décédé peut être immatriculé au nom de son conjoint survivant, du cohabitant légal ou d'un de ses enfants avec maintien de la marque d'immatriculation.

    Dans les cas précités la preuve du mariage, de la cohabitation légale, de la descendance, de l'adoption légale ou du décès est attestée par l'administration communale.

    L'accord du titulaire est donné sur le formulaire de demande d'immatriculation.

    Règles générales

    • En cas de transfert de la plaque ET du véhicule : PAS DE PASSAGE AU C.T.
    • En cas de transfert de la plaque OU du véhicule : C.T. OBLIGATOIRE.

    1. Transfert entre vifs :

    Introduire une demande d'immatriculation complétée et signée par le demandeur, revêtue de la vignette et de la signature de l'assureur et accompagnée :

    • du certificat d'immatriculation du véhicule
    • d'un extrait d'acte de mariage
    • d'une attestation de l'administration communale en cas de transfert au nom de l'enfant ou du cohabitant légal

    L'accord du titulaire de la marque d'immatriculation doit être mentionné sur la demande d'immatriculation.

    2. Transfert par suite de décès :

    Introduire une demande d'immatriculation complétée et signée par le demandeur, revêtue de la vignette et de la signature de l'assureur et accompagnée :

    • du certificat d'immatriculation du véhicule
    • d'un extrait d'acte de décès
    • d'une attestation de l'administration communale en cas de transfert au nom de l'enfant ou du cohabitant légal.

     

  • view faq  Auto: En cas d'accident, comment remplir un constat?

    Après un accident, il est possible que vous soyez sous le coup de l'émotion. C’est la raison pour laquelle il n’est pas inutile de prendre la peine de déjà parcourir le constat d’accident avant la survenance éventuelle d’un accident. Vérifiez si vous comprenez bien ce que l'on attend de vous si vous êtes amené à le remplir. Vous pouvez déjà, si vous le souhaitez, compléter une partie des rubriques, par exemple les données relatives à votre assureur, le numéro de votre contrat d’assurance ou le numéro d’immatriculation de la voiture.

    Vous pouvez toujours compter sur notre service en cas de sinistre en nous contactant pour que nous le remplissions avec vous sur place ou par téléphone.

     

    Le document

    Un accident de la circulation est vite arrivé. C'est un problème qui peut être vite réglé, à condition toutefois de remplir correctement le Constat Européen d'accident. Ce document comporte DEUX feuillets séparés par un carbone. Utilisez par conséquent un stylo-bille.

     

    Le recto doit être complété et signé sur place (par les DEUX conducteurs, si DEUX véhicules sont impliqués). Quant au verso, vous pourrez transcrire les renseignements demandés chez vous ou en notre compagnie.

    Sous la rubrique "RESPONSABILITE", donnez votre avis sur les torts respectifs. Il s'agit là simplement d'un AVIS.

    Vous trouverez ci-dessous quelques conseils de base pour bien compléter votre constat.


    Pratiquement

    • Retenez qu'il vous appartient uniquement de constater OBJECTIVEMENT les circonstances de l'accident.
    • Seul le recto du constat amiable, rempli contradictoirement et signé par les DEUX conducteurs présente les garanties d'objectivité qui conduiront à la détermination des responsabilités respectives par les assureurs concernés.
    • Le verso , quant à lui, permet seulement à chaque assuré de communiquer à son assureur les informations nécessaires à l'instruction du dossier (lieu où le véhicule peut être expertisé, passagers blessés,...). Son contenu n'est pas opposable à l'autre conducteur.


    Les étapes importantes

    Remplissez le plus précisément possible toutes les rubriques du constat !!!

    • le lieu et l'heure de l'accident ;
    • les témoins. Un témoignage pourra éviter toute contestation ultérieure ;
    • le preneur d'assurance ;
    • le conducteur (qui peut être évidemment différent du preneur d'assurance) ;
    • précisez si le véhicule est assuré en "dégâts matériels" ;
    • les circonstances :
    1. cochez les situations qui correspondent aux circonstances au moment de l'accident (c'est à dire à l'instant de l'IMPACT).
      N'oubliez pas d'indiquer en-dessous le NOMBRE TOTAL DE CROIX cochées. Ces cases serviront à mieux comprendre l'accident ultérieurement ;

    2. le croquis de l'accident : très important. Esquissez de préférence un petit plan en accord avec la partie adverse. Désignez CLAIREMENT les véhicules en cause (A ou B). Indiquez avec précision l'endroit où ils se trouvaient au moment du choc ainsi que la direction du déplacement. N'oubliez pas les éventuels feux ou panneaux de signalisation.

     


    Que faire si ...

    Vous n’êtes pas d’accord avec l’autre conducteur

    Mentionnez vos remarques sous la rubrique "OBSERVATIONS" et proposez à votre adversaire d’en faire autant. Si l’autre conducteur refuse de signer le constat, invitez le à s’en tenir à la simple constatation des faits (il appartient aux assureurs d’apprécier les responsabilités) et, si nécessaire, à mentionner sous la rubrique "OBSERVATIONS" les raisons qui l’ont conduit à hésiter à signer.

    L’autre conducteur est immatriculé à l'étranger

    Remplissez avec lui le constat amiable. Les rubriques ayant la même signification dans tous les pays où il est reconnu, rien ne s’oppose à ce que vous utilisiez un constat rédigé en langue étrangère.

     


    Réflexes à acquérir ...

     

    • Complétez le constat immédiatement et non pas "ce soir ou demain". Ne vous laissez pas convaincre de reporter à plus tard ce qu’il faut faire tout de suite après l’accident. Ne vous laissez pas impressionner par la partie adverse si elle vous dit qu’elle doit consulter son courtier. Le constat d’accident se fait tout de suite. Il arrive en effet souvent que la partie adverse ne reconnaisse plus ses torts quand les témoins sont partis et que les véhicules ont été rangés sur le bord de la chaussée ;
    • Renvoyez-nous le constat le plus tôt possible ou remettez-le à notre bureau. Le réglement du sinistre en sera accéléré (expertise, réparation, remboursement...) ;
    • Appelez la police ou la gendarmerie quand il y a contestation sur les circonstances de l’accident, ou s’il y a des blessés.

     

  • view faq  Auto: J'ai fait procéder sur ma voiture à quelques "transformations". Mon assureur peut-il exercer un recours contre moi en cas d'accident?


    Il convient d'abord de se référer à la récente circulaire ministérielle relative à certains véhicules transformés.
    On y énonce une série de principes de base qui "encadrent" le tuning des véhicules.
    Mais les dispositions sont tellement nombreuses qu'il est impossible de toutes les mentionner ici.

    A côté de cela, trouve à s'appliquer la loi sur le contrat d'assurance terrestre du 25 juin 1992. Celle-ci stipule, en son article 11, que "le contrat d'assurance ne peut prévoir la déchéance partielle ou totale du droit à la prestation d'assurance qu'en raison de l'inexécution d'une obligation déterminée imposée par le contrat et à la condition que le manquement soit en relation causale avec la survenance du sinistre".

    De plus, l'arrêté royal du 14 décembre 1992 relatif au contrat type d'assurance obligatoire de la responsabilité en matière de véhicules automoteurs prévoit une possibilité de recours pour la compagnie d'assurance dans une série de cas bien précis, énumérés dans l'arrêté royal.

    Ce recours existe donc uniquement pour les cas suivants:

    • en cas de suspension de la garantie du contrat résultant du non-paiement de la prime;
    • en cas d'omission ou d'inexactitude intentionnelles dans la déclaration du risque tant à la conclusion qu'en cours de contrat;
    • en cas d'omission ou d'inexactitude non intentionnelles dans la déclaration du risque tant à la conclusion qu'en cours de contrat, qui peuvent être reprochées au preneur d'assurance. Le montant du recours est alors limité à 250 €.

    Il faut encore remarquer que la compagnie d'assurance dispose d'un droit de recours envers l'assuré s'il apparaît que son véhicule, au moment du sinistre, ne possédait pas ou plus un certificat de contrôle technique valable.
    Ce recours ne peut cependant pas être exercé si l'assuré peut apporter la preuve qu'il n'existe pas de lien causal entre l'accident et l'état du véhicule.

    En d'autres mots, si l'assuré, après être passé au contrôle technique avec son véhicule, lui apporte des modifications, pas nécessairement réglementaires, encore faut-il, après le sinistre, que la compagnie puisse apporter la preuve que l'accident est précisément dû aux modifications techniques apportées.

    En pratique, il apparaît que cette preuve est très difficile à fournir, et que, dans la plupart des cas, le recours contre l'assuré échoue...

    Source: Moniteur Automobile 1474 du 23/06/2010

  • view faq  Habitation: Qu’est-ce que l’assurance incendie ?

     

    L’assurance incendie est également appelée l’assurance habitation dans la mesure où elle englobe beaucoup plus qu’une simple couverture contre l’incendie.

    L’assurance habitation permet de faire face aux conséquences d’un sinistre frappant votre logement et son contenu. Bien que la couverture incendie occupe une place centrale dans l’assurance habitation, elle intervient également pour d’autres dommages à votre logement et son contenu. En outre, cette assurance couvre également votre responsabilité civile si votre habitation et son contenu devaient causer des dommages à des tiers. Qu’il suffise de songer par exemple à une tuile descellée.

    L’assurance habitation comporte trois types de couverture :

    1. Les couvertures de base : il s’agit de la couverture des dommages matériels reprise dans l'assurance habitation.
    2. Les couvertures complémentaires : il s’agit de l’indemnisation supplémentaire prévue par l’assureur en cas de sinistre. Si vous souscrivez chez lui une assurance, vous bénéficiez automatiquement de ces couvertures complémentaires.
    3. Les couvertures optionnelles ou facultatives : il s’agit des couvertures que vous pouvez contracter vous-même , par exemple la couverture contre le vol.

    Tous les assureurs ont développé leur propre produit, même si de nombreuses caractéristiques sont fort comparables. Prenez malgré tout la peine de lire attentivement les conditions générales et particulières de votre contrat d’assurance afin de connaître exactement l’étendue des couvertures et leurs limites.

    Une méprise largement répandue est qu’une assurance habitation n’est importante que pour le propriétaire d’une habitation. Rien n’est moins vrai ! Si vous êtes locataire, vous avez tout intérêt à prendre une assurance habitation.

  • view faq  Habitation: Que couvre l’assurance incendie exactement?

    L’assurance incendie, appelée également assurance habitation, vous protège, vous et votre bien, contre toute une série de choses. Il existe trois types différents de couverture : Les couvertures de base, les couvertures complémentaires fournies par votre assureur si vous avez un sinistre et les couvertures optionnelles ou facultatives qu’il vous est loisible de souscrire à titre complémentaire.

    Les couvertures de base de l’assurance incendie

    Chaque assurance incendie indemnise les dommages matériels causés par l’incendie, l’explosion, l’implosion, la foudre, les attentats et conflits du travail, le heurt par un animal, le heurt par tout moyen de transport, la chute d‘un arbre sur le bâtiment, la tempête, la pression de la neige ou de la glace sur un toit, la grêle et les catastrophes naturelles. La plupart des assurances incendie étendent généralement ces garanties de base aux dommages causés par :

    • l’électricité : l’action de l’électricité sur les installations et appareils électriques (par exemple, les dégâts occasionnés aux appareils électriques à la suite d’une surtension, ou la perte du contenu du surgélateur en résultant (décongélation), …
    • la fumée ou la suie
    • les dégâts des eaux provoqués par une rupture de canalisation, le débordement de gouttières, de sanitaires ou d'appareils électroménagers, l’infiltration d'eau par le toit, le gel (à condition que les mesures de précaution nécessaires aient été prises), …
    • le bris de vitrage (par exemple, véranda, fenêtre),
    • les dommages au bâtiment (par exemple, portes, fenêtres) causés à la suite d'un cambriolage ou d'un acte de vandalisme (dans certains cas, cette couverture n'est acquise que lorsque l’assuré a contracté également la couverture vol qui est facultative).

    Les couvertures complémentaires de l’assurance incendie

    Les garanties complémentaires ne couvrent pas directement les dommages proprement dits, mais bien les autres frais liés à un sinistre :

    • les frais de sauvetage :
      • les frais découlant des mesures demandées par votre assureur afin de prévenir ou d'atténuer les conséquences du sinistre : par exemple, la bâche que vous avez tendue sur la toiture après que celle-ci a été détruite afin d'éviter que des infiltrations d'eau ne causent des dégâts supplémentaires,
      • les mesures urgentes et raisonnables prises par l’assuré de sa propre initiative afin de prévenir un sinistre en cas de danger imminent ou d’en atténuer les conséquences : par exemple, l’utilisation d’extincteurs portatifs,
    • les frais de conservation de vos biens pendant la durée de reconstruction du bâtiment (par exemple, le stockage des meubles dans un garde-meuble),
    • les frais de démolition des biens endommagés, nécessaire ou non à la reconstruction, ainsi que le transport des déblais vers une décharge,
    • les frais de relogement lorsque les locaux sont devenus inhabitables (l’étendue de cette garantie dépend d’un assureur à l’autre),
    • les frais d’expertise du sinistre,
    • Le chômage immobilier (dit également privation de jouissance), lorsque le bâtiment assuré est rendu inhabitable pendant la durée de reconstruction ou de réparation.
    • le recours de tiers : la responsabilité civile extracontractuelle si un sinistre assuré s’étend aux biens de tiers (par exemple, un incendie qui se propage à une autre habitation).

    Les couvertures optionnelles ou facultatives

    L’assurance habitation propose certaines couvertures au choix comme la couverture vol et vandalisme et la couverture pertes indirectes qui intervient pour des frais divers encourus à la suite d’un sinistre.

    Pertes indirectes

    Les pertes indirectes sont les pertes diverses, frais et préjudices que vous subissez à la suite d’un incendie, d’un dégât des eaux, d’une tempête, … Qu’il suffise de songer aux frais de courrier, de voiture, aux pertes de temps, aux tracasseries administratives, etc.

    C’est pourquoi, certaines assurances habitation prévoient une majoration automatique des indemnités (par exemple de 10 %) pour couvrir ces frais. Si la couverture pertes indirectes n’est pas reprise d’office dans l'assurance habitation, vous pouvez généralement la souscrire à titre de couverture optionnelle.

  • view faq  Santé: Qu’est-ce que l’assurance hospitalisation?

     

    Couverture

    L’assurance hospitalisation rembourse les frais d’un séjour à l’hôpital et encore quelques autres frais.

    Cette assurance fait partie desassurances maladie complémentaire dans la mesure où elle paie totalement (sauf exceptions) les frais qui sont normalement à la charge du patient après l’intervention de la sécurité sociale.

    Franchise

    Une franchise est prévue dans la plupart des cas. Cela signifie que vous avez en tant qu'assuré une partie des frais à supporter. Cependant, elle peut être ramenée à zéro contre majoration de prime.

  • view faq  Vie: les raisons de l'intérêt porté à cette branche...

  • view faq  Vie: Mon père est décédé dans un accident. Quels sont les documents que je dois remettre à son assureur sur la vie?

    Vous devez, vis-à-vis de l’assureur sur la vie, prouver trois choses : le décès proprement dit, le cas échéant le fait que le décès résulte d'un accident et éventuellement l’identité de la personne à qui le capital prévu dans la couverture décès doit être versé.

    Le décès proprement dit

    Pour la preuve du décès, l’assureur demande un acte de décès, délivré par l’état civil au moment de la déclaration du décès par les proches. Cette attestation confirme le décès ainsi que la date à laquelle celui-ci est intervenu. Généralement, une copie de cette attestation suffit.

    Le fait que le décès résulte d’un accident

    Certains produits d’assurance sur la vie prévoient une indemnité complémentaire si le décès est consécutif à un accident. En pareil cas, il est important que vous puissiez apporter la preuve qu’il s’agissait bel et bien d’un accident ayant causé le décès de l’assuré.

    Un accident est un événement soudain dont au moins une des causes est extérieure à l’organisme de la victime (ce qui n’est pas le cas pour une maladie ou une affection congénitale, par exemple).

    Un exemple : Jean est retrouvé mort au pied d’un arbre dont il était en train de cueillir les fruits.

    • Si, par exemple, il a manqué un échelon de son échelle et qu’il est tombé, il s’agit évidemment d’un accident.
    • Mais il se peut aussi qu’il ait fait un infarctus au moment où il se trouvait sur l’échelle, provoquant la chute de son corps sans vie sur le sol. Dans ce cas-ci, on ne peut pas parler d'un décès consécutif à un accident dans la mesure où une des causes au moins n‘était pas extérieure à l’organisme de la victime, à savoir l’infarctus.

    Afin de prouver qu’il s’agit d’un accident, vous avez donc besoin d’un document qui décrit la cause/les circonstances du décès et qui présente une force probante suffisante. Il peut donc notamment s’agir :

    • d’une déclaration des proches
      La déclaration des proches est le premier document que l’assureur va examiner. C’est pourquoi, il est primordial que cette déclaration reprenne une description correcte et détaillée des circonstances du décès. L’ayant droit doit bien sûr se limiter à ce qu’il sait effectivement. Par exemple : qu’est-ce que l'assuré était en train de faire, comment cela s’est-il passé, quelle a été la cause, y avait-il d’autres témoins, …
    • un certificat médical décrivant la cause du décès délivré par le médecin traitant ou le médecin ayant constaté le décès.
      Pour l’assureur, il s'agit également d’un document très important, car il permet de confirmer la cause générale du décès. Malheureusement, ce document n’indique pas toujours la cause exacte du décès. Il arrive qu'un médecin qualifie d'accidentelle la cause d'un décès alors que celui-ci résulte en fait d'une maladie.
    • Les articles de presse en rapport avec l'exemple peuvent également jouer un rôle. Souvent, l’assureur recherchera lui-même aussi - par exemple sur Internet - des articles de presse utiles.
    • S’il y a un dossier répressif, par exemple en cas d'incendie suspect et que la cause du décès n'est pas claire, un certificat ou un extrait du parquet chargé de l'instruction peut contribuer à l’administration de la preuve.

    L'identité de la personne à qui le capital assuré doit être versé

    Afin de savoir avec certitude à qui il doit verser le capital assuré, l'assureur demandera un acte ou une attestation de succession mentionnant les héritiers du défunt. Vous pouvez obtenir ce document auprès soit du notaire (qui délivrera un acte), soit du bureau d’enregistrement où la déclaration de succession a été déposée (qui délivrera une attestation).

    Ce document n’est utile que lorsque le contrat mentionne non pas nommément, mais par une désignation générique, « mes héritiers légaux » par exemple, la personne à qui le capital assuré doit être versé.

    © Assuralia

  • view faq  Vie: De quels avantages fiscaux peut bénéficier un particulier s'il souscrit une assurance sur la vie ?

    En tant que contribuable, vous pouvez par le biais d'une assurance sur la vie bénéficier sous certaines conditions d’avantages fiscaux.

    Vous pouvez en premier lieu bénéficier d’un avantage fiscal dans le cadre de l’épargne-pension. Chaque année, vous pouvez verser des primes à concurrence d’un montant déterminé que vous pouvez reprendre dans votre déclaration à l’impôt. Pour 2010, le maximum s’élève à 870 euros, ce montant étant indexé chaque année. L’épargne-pension vous procure un avantage fiscal de 261 à 348 euros.

    En outre, vous pouvez bénéficier d’un avantage fiscal pour l’épargne à long terme. Le montant maximum que vous pouvez reprendre chaque année dans votre déclaration fiscale dépend de vos revenus professionnels et est limité à 2080 euros pour 2010. Ce montant est également indexé chaque année. Si vous pouvez verser le maximum, vous bénéficierez d’un avantage fiscal allant de 624 à 832 euros.

    Attention, vous pouvez bénéficier d’un avantage fiscal dans le cadre de l'épargne à long terme seulement si vous ne bénéficiez pas déjà d'un avantage fiscal dans le cadre de l'acquisition d'un bien immobilier.

  • view faq  Vie: Une assurance sur la vie est-elle taxée si elle procure un avantage fiscal ?

    Oui, il y a une taxation au terme du contrat.

    Si vous reprenez dans votre déclaration à l’impôt le montant des primes versées en exécution d’une assurance sur la vie, le capital versé au terme du contrat ou en cas de décès sera soumis à un prélèvement unique. Le montant de ce prélèvement dépend du moment de la prestation et de la période au cours de laquelle les primes ont été versées. Ce prélèvement est effectué sans tenir compte du nombre d’années pendant lesquelles vous avez repris le montant de vos primes dans votre déclaration à l’impôt. Dès que vous avez bénéficié d'un avantage fiscal pour un versement de prime au moins dans le cadre du contrat, la prestation future de celui-ci sera imposable dans son intégralité.